actualité

L’ouvrage “L’intelligence artificielle en action” met à l’honneur tRees et son porteur, namR

En tant que start-up active dans l’accélération de la transition énergétique, namR a eu l’honneur de figurer dans l’ouvrage très complet de Damien Gromier, “L’intelligence artificielle en action” préfacé par Cédric Villani.

lire la suite

L’ouvrage “L’intelligence artificielle en action” publié le 12 novembre 2020 ambitionne de répondre à ces questions : comment les technologies d’intelligence artificielle sont-elles conçues, choisies, déployées, apprivoisées, améliorées ? Quelles sont les projets d’intelligence artificielle réussis, positifs pour les usagers et pour l’organisation qui les met en œuvre ? Pour y répondre, Damien Gromier a rencontré les acteurs structurants de l’écosystème de l’intelligence artificielle et namR a eu l’immense plaisir d’être citée.

“Spécialiste de la donnée environnementale, namR a plusieurs accords de recherche autour de l’intelligence artificielle et des données : École normale supérieure, École polytechnique, Institut Louis-Bachelier, Collège de France, MILA, MCC Berlin”.

Damien Gromier a donc présenté le contexte à l’origine de notre engagement, notre écosystème et notre mission : “rendre les données environnementales actionnables pour accélérer la transition énergétique, en massifiant la rénovation énergétique.”

Qui est Damien Gromier ?

Damien Gromier a fondé AI for Good, initiative lancée à l’Assemblée nationale en avril 2018. Il est CEO et cofondateur du groupe Startup Inside qui est particulièrement actif pour fédérer et informer l’écosystème de l’intelligence artificielle au travers d’événements dédiés.

Startup Inside est à l’origine des conférences internationales AI for Health, AI for Finance et AI for the Planet. Damien Gromier est également cofondateur et ancien président de l’initiative France is AI by France Digitale. France is AI a été créée suite au constat que la recherche publique française et ses acteurs ont un poids conséquent sur la scène internationale, et il fallait créer un prétexte à leur rayonnement.

Il est enfin vice-président fondateur de l’association Impact AI, « think and do tank » de référence en matière d’éthique de l’intelligence artificielle.

Grégory Labrousse, président exécutif de namR a eu le plaisir de le rencontrer sur son plateau en septembre 2020. Le cas d’usage de namR lié à l’assurance habitation y avait été présenté aux côtés de Guillaume Rosolek, Head of Pricing & Data chez Addactis. En substance, il a évoqué que l’octroi de primes d’assurance justes dépend de la connaissance qu’ont les assureurs du bâti. Les solutions développées par namR offrent notamment cette connaissance. En effet, l’accès à la connaissance est primordial dans ce secteur car elle permet de prendre des décisions efficaces et précises.

L’intelligence artificielle en action

La préface de l’ouvrage a été rédigée par Cédric Villani, une autre figure parmi les plus importantes de l’intelligence artificielle française.

Ce n’est pas la première fois que namR est associée à Cédric Villani puisque nous avions été auditionnés dans le cadre de son rapport “Donner un sens à l’intelligence artificielle : pour une stratégie nationale et européenne”. Nos apports ont été intégrés à la partie “L’intelligence artificielle au service de la transition écologique.
“Que ce soit en termes d’identification et préservation de la biodiversité, de réparation des dommages causés, de modélisation de l’impact de nos actions, d’optimisation de l’utilisation des ressources, de mise en valeur des énergies renouvelables ou bien comme outil au service de services partagés, l’intelligence artificielle peut contribuer à diminuer toutes nos consommations et à amplifier toutes nos actions en faveur du respect et de la restauration des écosystèmes régionaux et globaux.” 

En ce sens, la plateforme tRees développée par namR répond parfaitement à cette problématique. Elle permet effectivement de massifier les opérations de rénovation énergétique sur les établissements scolaires – des Hauts-de-France pour le moment-.

Dans la préface de “L’intelligence artificielle en action”, le député revient sur la nécessité pour l’intelligence artificielle d’impliquer des acteurs tels que les startups, grandes entreprises, chercheurs, industriels… En effet, ce sont eux qui font ce qu’elle est aujourd’hui, avec les potentiels conséquents qui sont décrits dans l’ouvrage. Cette richesse de l’écosystème se manifeste par ses parties prenantes, mais aussi par ses domaines d’application : santé, environnement, énergie, banque, assurance… L’interdisciplinarité qui fait l’essence de l’intelligence artificielle s’illustre ici par des exemples concrets.

Damien Gromier est parti à la rencontre des experts qui résolvent au quotidien ces enjeux et offre un panorama de la réussite de l’intelligence artificielle

Santé

Ce domaine est visé par l’intelligence artificielle tant il est producteur de données. Damien Gromier nous informe en effet que plusieurs téraoctets de données sont produits chaque semaine par la médecine. L’intelligence artificielle permet à ce secteur d’accélérer le traitement des ces informations pour améliorer les conditions d’exercice. 

Plus précisément, l’intelligence artificielle améliore la prévention, réduit les délais d’examens, renouvelle les pratiques, et favorise l’accélération du développement de traitements.

Dans ce domaine, l’intelligence artificielle n’a pas vocation à se substituer au travail du médecin puisque les données doivent être interprétées par l’homme.

Banque assurance

C’est pour les mêmes raisons qu’en santé que l’intelligence artificielle vise la finance et l’assurance, ce secteur est un vivier de données. L’intelligence artificielle y est bénéfique pour matérialiser les liens entre finance et économie réelle, une meilleure gestion de l’expérience client, et une augmentation de la connaissance des risques. L’intervention humaine reste ici aussi nécessaire pour interpréter la synthèse faite par la machine. 

Industrie et énergie

L’industrie contemporaine est régie par l’utilisation de la robotique. Elle automatise les processus et répond à la nécessité de produire efficacement. L’intelligence artificielle intervient ici en prenant en compte l’environnement pour anticiper ses aléas qui freine parfois la productivité de la machine. La compréhension des consommations énergétiques dépend de nombreux facteurs, et à une époque où l’intelligence artificielle n’y exerçait pas son potentiel, l’erreur ou l’omission pouvait biaiser les bilans. Du moment où les capteurs ont investi les usines, les données pouvaient alimenter fidèlement les algorithmes pour contribuer à l’état des lieux énergétique. Avec cela, l’intelligence artificielle a aussi pu identifier les pistes d’amélioration pour optimiser les consommations.

Environnement

La partie de l’ouvrage consacrée à l’environnement est introduite par un état des lieux tout à fait factuel et extrêmement efficace. En effet, les causes anthropiques du changement climatique y sont parfaitement décrites, mettant en évidence l’urgence à agir. L’intelligence artificielle permet en ce sens d’accélérer les transitions, et Damien Gromier nous rappelle avec justesse que pour les conséquences du changement climatique, l’intelligence artificielle ne fera pas de miracle. Elle permettra cependant à ceux qui ont le pouvoir de cette transition d’être éclairés.

Les acteurs qui se sont saisis de cette question sont sources d’outils prometteurs, et c’est sous cette entrée que nous avons eu l’honneur d’être cités.

Le programme tRees de namR

Notre plateforme tRees a été mise à l’honneur dans le chapitre consacré à namR, “Quand l’intelligence artificielle accélère la rénovation énergétique“. Damien Gromier est revenu sur l’objectif de sa conception, à savoir augmenter les connaissances des décideurs gestionnaires d’établissements éducatifs. En effet, il n’est pas évident d’obtenir les informations qui favoriseront un passage à l’action rapide vers la rénovation. Ces données ne sont pas systématiquement accessibles librement, et si elles le sont, elles ne sont pas exploitables telles quelles. L’objectif de tRees est de mettre entre les mains des acteurs concernés les informations sur l’état de leur bâti et d’offrir un premier niveau de diagnostic. 

Pour cela, namR développe depuis bientôt 4 ans des outils pour récupérer, nettoyer et exploiter les données ouvertes. La plateforme tRees est quant à elle en développement depuis 2019, et offre un état des lieux du patrimoine éducatif de la région des Hauts-de-France.

Nous nous sommes entourés de partenaires de choix pour sa construction : l’École polytechnique, le Cerema, l’Institut Louis Bachelier, le Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD), le Collège de France, le Comité 21

La totalité des 19 734 bâtiments éducatifs des Hauts-de-France sont analysés sous leurs aspects techniques, énergétiques et administratifs. Des préconisations de travaux sont faites à la lumière des données que namR a de l’établissement, offrant un pré diagnostic aux gestionnaires.

Le bâtiment concentre à lui seul 44 % de la consommation d’énergie en France. Il s’agira de viser ce secteur par la construction de neuf sobre ou de rénovation massive pour espérer avoir un impact sur l’environnement. Nous nous sommes saisis de ce constat pour construire cet outil et répondre à l’appel à programmes CEE du Ministère de la Transition écologique et de l’Ademe.

 

Pour en savoir plus sur le programme tRees de namR, rendez-vous sur son site dédié.

L’ouvrage “L’intelligence artificielle en action” est disponible à la librairie Eyrolles.

Nous remercions de tout cœur Damien Gromier pour avoir mis à l’honneur notre travail !

 

par Amandine Rey
amandiner@namr.com

à propos

Fondée en 2017, nam.R est une entreprise de production de données et d’intelligence artificielle, qui rend les données actionnables et produit les données géolocalisées et non personnelles nécessaires pour accélérer les transitions de demain. nam.R dote les acteurs publics et privés de données directement actionnables pour massifier et optimiser leurs actions, projets et investissements.

visitez notre blog scientifique
évènements
02 déc. 2020