IA et art : comment l’art et les musées se réinventent avec la data

Quel lien existe-t-il entre la composition automatique de morceaux de musique et l’organisation des musées de demain ? L’intelligence artificielle (IA) investit le champ de la création artistique et questionne notre rapport à la créativité.

Depuis quelques années les IA artistiques se multiplient. Certaines sont capables de recréer une image selon le style d’un peintre, d’improviser avec un musicien en direct ou encore de composer un récit dont le lecteur est le héros. Sont-elles pour autant douées de créativité ou d’imagination ? Contrairement aux humains, ces programmes ont un degré d’autonomie limité dans leurs actions et ne sont capables que d’une seule chose : une IA dédiée à l’écriture ne saura pas peindre un tableau. Mark Reidl, enseignant chercheur à la Georgia Tech School of Interactive Computing et directeur du Entertainment Intelligence Lab, remet cependant en perspective la question de la créativité des IA. Interrogé par Le Monde il déclare : « Nous faisons preuve de créativité quand nous jouons au Pictionary, quand nous utilisons un trombone pour réparer une paire de lunettes ou quand nous trouvons un autre itinéraire pour rentrer chez nous si une route est fermée. Les ordinateurs sont déjà dotés de cette forme de créativité. » Jean-Gabriel Ganascia, chercheur au laboratoire d’informatique de Paris VI, poursuit : « Toute imagination est vue comme la recombinaison d’éléments de mémoire préexistants ». Or, c’est le principe des IA produisant des contenus artistiques :

Les IA créatrices de courant artistiques ?

Chercheurs en machine learning et artistes se retrouvent également dans le domaine de l’image. La peinture inspire des innovations informatiques : Pikazo et Deep Art poursuivent la tradition du pastiche en reproduisant n’importe quelle image « à la manière de ». Deep Dream, un produit de Google destiné à un meilleur référencement des images par leur analyse, a même donné naissance à un courant créatif. Cette IA reconnaît et accentue des formes humaines et animales dans n’importe quelle image. Sur leur blog, l’équipe d’ingénieurs explique le principe du programme. La consigne donnée est « quoi que tu voies, on en veut plus ! Si un nuage ressemble un peu à un oiseau, le [programme] va le faire ressembler encore plus à un oiseau » Les rendus psychédéliques fascinent les internautes qui s’en donnent à cœur joie grâce au simulateur en ligne.

Repenser les collections avec la computer vision

Récompensé par la Tate Modern, le projet italien Recognition jette un pont entre la reconnaissance d’image et la gestion des collections. Il analyse quotidiennement 1000 photos issues de l’agence Reuters et les compare avec les 30 000 œuvres du musée londonien selon leur composition, les visages ou les objets qu’elles contiennent pour en extraire des paires semblables. Les « matchs » sont exposés dans une galerie virtuelle, offrant une perspective inédite sur nos représentations passées et contemporaines.

Contrairement à la crainte populaire, les IA n’ont donc pas vocation à remplacer les artistes. Toujours ouverts à l’innovation, ces derniers s’en saisissent pour en faire des assistants de création qui les accompagnent au-delà de leurs capacités cognitives.

Plus d'articles